Arrêt du MUG francophone (pour moi)

À cause d’un manque de temps assez conséquent qui ne me permet pas de continuer le MUG francophone, j’ai décidé d’arrêter cette tâche. Pour un rapide rappel, le MUG francophone est le le représentant des utilisateurs au sein de l’assemblée Mandriva (http://www2.mandriva.com/fr/community/assembly/).

Je pense qu’ayant été désigné par un vote, il serait logique que mon successeur le soit aussi. Je compte donc sur les ressources de l’Association des Utilisateurs francophones de Mandriva Linux pour organiser cette élection.

Je reste membre de l’association mais diminue mes tâches d’administrateur du serveur et démissionne du CA, pour les même raisons.

KDE 4.3 sous Mandriva

KDE 4.3 est sorti sur cooker (les paquets sont apparus sur les mirroirs exactement le même jour que la sortie officielle :-D) et même pour les verstions stables 2009.0 et 2009.1 (on trouve les paquets sur le miroir belnet pour i586, par exemple, ou sinon, vous pouvez vous reporter à un tutotial en chilien mais facile à comprendre) !

En passant sur les démos très bling-bling de ce qu’on peut faire avec le bureau désormais, je retiens quelques nouveautés intéressantes.

Le fait de centraliser les barres progression (des applications KDE, on s’entend bien) dans un seul endroit sur la barre des tâches, ça c’est génial. En gros, quand on télécharge ou upload ou fait un truc qui prend du temps, on veut pouvoir regarder éventuellement où ça en est, mais sans que ce soit nécessairement à un endroit compliqué, où il faut taper alt+tab 15 fois pour retrouver cette barre de progression et sans que ce soit affiché en permanence à l’écran. Et bien la petite icône de KDE 4.3 remplit parfaitement cette tâche (elle était déjà présente depuis KDE 4.1, mais là, est utilisée pour tout et a été grandement améliorée)

J’ai active le lanceur lancelot qui semble très bien fonctionner désormais mais il faut juste faire attention à un bug avec kopete qui sera résolu dans kde 4.3.1. En attendant, désactiver le support de la méssagerie instantanée dans lancelot : rajouter imPlugins=disabled dans ~/.kde4/share/config/lancelotrc. Faire un petit tour dans sa configuration permet de se rendre compte de son interface ‘sans-clics’. Agréable à utiliser, pour moi.

Le thème du bureau (à ne pas confondre avec le thème des décoration de fenêtre qui, lui même, est différent du thème des éléments graphiques) est beaucoup plus sympa qu’auparavant (Air). J’ai à cette occasion revu le thème un peu partout dans mon interface et j’ai activé oxygène pour les icônes et pour le thème de fenêtre, puis dans l’effet "transparence des fenêtres", j’ai réduit à environ 75% l’opacité des décorations. Ça donne un assez joli bureau.

Konqueror devient "utilisable", malgré encore pas mal de crashes (qu’il est aisé de rapporter avec l’outil de crash désormais : j’ai personnellement installé kdebase4-debug, kdebase4-runtime-debug, kdelibs4-debug, qt4-debug et mon rapport de crash est automatiquement généré et complet). J’ai aussi dans ses options désactivé les "modules externes" (flash compris) lorsque je vais sur les sites de domaine gmail.com et sur wordpress.com, et j’ai aussi réduit la priorité des modules externes à "faible". Cela me permet de garder une bonne rapidité de l’ensemble car nspluginviewer a tendance à me manger mon CPU à chaque fois que je vais sur un site comprenant un peu de flash (oui gmail comprend du flash : pour les sons de google talk, même si vous désactivez le chat).

J’ai aussi activé les fonctions nepomuk et strigi pour indexer mes documents et pouvoir les rechercher facilement. Malheureusement, strigi semble avoir du mal à digérer un document sur mon disque : il plante lorsqu’il veut l’indexer (j’ai du mal à savoir lequel, mais je vais suivre ça dans mon rapport de bug)

Bref, j’ai un bureau dont je suis entièrement satisfait, qui est utilisable et qui donne envie d’être utilisé !

Publié dans Mandriva. 4 Comments »

Magnum 7 : l’actualité de la communauté Mandriva

Magnum 7Vous vous demandiez ce que faisait la communauté Mandriva francophone ? Et bien elle boue, elle mijote, elle ne tient plus, elle a du mal à contenir tous les projets qui fleurissent en son sein, tous plus abracadabrantesque les uns que les autres.

Et pour vous rendre compte de tout cela, on vient de sortir la septième édition du magazine de la communauté : Magnum 7 !

Pour mémoire, Magnum est la magazine de la communauté francophone de Mandriva Linux édité sous l’égide de l’Association des Utilisateurs Francophones de Mandriva Linux (AUFML). Sous licence libre CC-BY-SA, il est disponible uniquement sous format numérique en pdf et réalisé avec des logiciels libres (Scribus, Gimp, OOo, …).

Quoi de neuf dans Magnum ? Tout d’abord, même s’il sort avec un peu de retard par rapport à la date prévue, Magnum 7 suit de près l’édition précédente puisque seulement 2 mois et demi se sont écoulés, ce qui est un vrai exploit ! Deuxième changement le format du magazine. Le format carré, original, cède sa place à un format traditionnel A4 plus propice à l’impression. Vous noterez par ailleurs que le nombre de pages, 32, est un multiple de 4 ce qui permet une impression en livret, pour peu que votre imprimante le permette. Vous vous retrouvez alors avec un "vrai" magazine papier.

Au programme de ce numéro 7 de Magnum, des brèves sur l’actualité du libre, une courte revue de Mandriva 2009.1 avec un bonus sur Gnome, un
exemple de développement d’un minuteur avec Qt4, la présentation et un premier test de click’n’backup la nouvelle offre de sauvegarde de
Mandriva, les informations de l’AUFML et une revue du forum officiel de Mandriva.

Magnum 7 est disponible en deux versions, une basse résolution, d’un poids de 2,1 Mo, et une version haute résolution de 16,3 Mo bien plus
adaptée à l’impression (mais évidemment plus longue à télécharger) :

Bonne lecture à tous et rendez-vous dans 2 mois pour le prochain numéro qui fêtera les 2 ans de Magnum !"

Publié dans Mandriva. 3 Comments »

Mandriva Assembly : je prépare le menu désormais !

J’ai parlé dernièrement de la Mandriva Assembly en appelant au vote, mais je n’ai pas réellement donné les résultats du vote car j’attendais d’avoir des éléments concrets, ne sachant pas exactement moi-même ce qui allait se passer dans cette assemblée internationale. De plus, ceux qui ont votés connaissent déjà le résultat du vote, puisqu’il est disponible sur le site de l’association.

Donc voilà, la première étape a été franchie : j’ai été élu en tant que représentant de la communauté française pour l’assemblée Mandriva.

Mais il restait une deuxième étape à franchir pour moi, que j’ai déjà exprimé dans mon simili-programme (programme a une connotation politique, c’est plutôt un "voilà ce que je vais faire quand je serais élu") : participer à cooker-menu. Et oui, car c’est bien beau de représenter une communauté, encore faut-il qu’elle se fasse entendre auprès des développeurs et c’est le but de ce petit groupe.

Et cette deuxième étape a été franchie aujourd’hui même, comme l’atteste Anne Nicolas (je viens d’ailleurs de découvrir deux articles qui lui sont consacrés : un article de Tristan Nitot et un article d’Adam Williamson qui louent son travail acharné) : je suis maintenant donc dans le cooker-menu.

Le nom de ce groupe indique plutôt bien ce qu’il va réaliser : il permettra de discuter des ingrédients qui composeront les prochaines Mandriva. On connait donc sa composition définitive :

  • 5 représentants de Mandriva (Anne Nicolas (équipe développement france), Frédéric Crozat (équipe développement france), Gustavo Pichorim Boiko (équipe développement brésil), Claudio Matsuoka (équipe développement brésil), Romain d’Alverny (équipe infrastructure web))
  • 5 représentants de cooker (Michael Scherer (empaqueteur), Guillaume Rousse (empaqueteur), Per Øyvind Karlsen (empaqueteur & traducteur), Pacho Ramos (testeur), Jure Repinc (traducteur))

Nous avons chacun nos points de vue et nos spécificités et ce melting-pot promet d’être fort intéressant.

Publié dans Mandriva. 3 Comments »

Sortie de Magnum 6 !

Et oui, une nouvelle mouture de ce super magazine en ligne est à nouveau en ligne : Magnum 6. Merci à tous les contributeurs qui ont permis sa réalisation.

Le Magnum est édité par l’Association des Utilisateurs Francophones de Mandriva Linux, n’hésitez pas à consulter son site internet.

Au sommaire, vous trouverez notamment la description du contenu du LiveCD de nos petits confrères de Mandriva Linux Online, un décryptage des spécifications techniques de la Mandriva 2009.1 (j’en parlais déjà dans un précédent billet), un tutorial sur la création d’un RPM, des nouvelles de l’association, deux interview de développeurs libres et vous apprendrez des tas de choses sur Linux, Mandriva, nos vie (parfois)…

Allez donc le télécharger !

ps : les anciens numéros sont aussi disponibles, si vous les avez raté

Publié dans Mandriva. 1 Comment »

Mandriva 2009.1 (spring) RC1 est sortie

Mandriva logo

La nouvelle mouture de Mandriva s’annonce fantastique. La RC1 donne un très bon aperçu de ce que sera la version finale, est plutôt stable et elle est disponible en téléchargement dès maintenant !

Alors vous mourrez d’envie de connaître les nouveautés ? Vous ne pouvez plus attendre ! Vous avez plusieurs choix :

Bon, ok, je vais vous les donner ces nouveautés en quelques mots, puisque vous insistez !

  • Speedboot : tu speed et ça boot, c’est bien plus malin pour… bref, c’est une sorte de truc greffé sur le système de boot de Mandriva qui fait que le temps perçu de boot est nettement plus faible. Comment ça marche ? En ne chargeant que le strict nécessaire à l’affichage graphique en premier lieu, puis en continuant le reste du démarrage de la machine en arrière plan. La vitesse est particulièrement spectaculaire sur les laptops. Frederic Crozat a détaillé le principe de fonctionnement dans son blog. D’autres distros commence à lorgner sur le système…
  • KDE 4.2.1 : les utilisateurs de 2009.0 savent déjà ce qu’est KDE 4.1… un premier jet. Mais avec KDE 4.2, on attaque vraiment les choses sérieuses et on s’approche réellement du niveau de finition de KDE 3.5 : j’en parlais lors d’un post précédent. KDE 4.2.1 = KDE 4.2 + des bugfix qui, pour ma part, étaient cruciaux (problèmes de colonnes dans akregator, proxy qui ne marchaient pas, etc…).
  • Xfce 4.6 : toujours aussi rapide, aussi light et aussi efficace. Mandriva étant l’une des distros qui intègre le mieux ce desktop, ce serait dommage de ne pas l’essayer (et en conjonction avec speedboot et l’auto-login, vous n’avez même pas le temps d’appuyer sur le bouton de démarrage du PC que vous surfez déjà, whizzz….)
  • Intégration de ext4 : bah voilà, ça devait arriver, un système de fichier aussi performant et efficace et compatible avec ext2 et ext3, il fallait bien qu’il soit intégré dans une distribution linux un jour… La RC1 permet d’avoir sa partition racine en ext4, ce qui n’était pas supporté avec les versions précédentes
Publié dans Mandriva. 3 Comments »

Un point sur KDE 4.x

Depuis quelques jours, j’ai un peu plus de temps pour recueillir des informations sur KDE 4 et son état d’avancement. Oui, j’en parle comme si ce n’était pas un logiciel complètement abouti, mais il ne faut pas se voiler la face : je pense que c’est le cas. Même si l’on peut toujours utiliser des applications KDE 3 sous KDE 4, on perd totalement l’intérêt de l’intégration des logiciels entre eux. De même, un certains nombres de fonctionalités qui étaient présentes sous KDE 3 ne sont pas présentes sous KDE 4, de l’aveu même des développeurs. Néanmoins, la plupart des distributions basées sur KDE sont maintenant livrées avec KDE 4 en tant que bureau par défaut et les développeurs qui maintiennent encore KDE 3 se comptent sur les doigts de la main donc il faut vivre avec.

Bon, revenons au sujet. J’ai commencé par installer cooker sur ma machine afin de voir l’état de KDE 4.2. Il faut reconnaître que la stabilité est au rendez-vous, seuls quelques crashes de konqueror, pas trop grave (on peut même récupérer les onglets qui étaient ouverts juste avant le crash désormais !) ont eu lieu sur ma machine alors qu’il faut voir que Mandriva en est encore au stade de la beta1.

Je peux donc réutiliser konqueror, que j’avais totalement délaissé au profit de firefox dans la 2009.0 (et donc au revoir l’intégration de konqueror : le drag & drop d’un fichier depuis un site http vers un serveur ssh, c’est quand même bien pratique). On aussi utiliser toutes les fonctions de gmail en le faisant passer pour Opera 8.5 (dans la section "identification du navigateur" des préférences).

L’icône de la batterie est de retour avec, en prime, powerdevil qui gère toute les options de gestion de l’énergie comme un chef : on a même pas besoin d’y toucher et la mise en veille en mémoire fonctionne parfaitement. Pour la mise en veille sur disque, au prochain démarrage, je dois utiliser la combinaison de touche magique Alt+SysRq+E pour continuer le boot, ce qui n’est pas vraiment normal : à investiguer, mais bien évidemment, cela n’a rien à voir avec KDE.

Les plasmoïdes sont enfin utilisables : plus de crash ou de "glissement" de ceux-ci dans la barre des tâches. Reste que l’intégration avec knewstuff (pour télécharger des plasmoids sur l’internet) n’est toujours pas au beau fixe : seules quelques applets sont visibles et la plupart ne marchent pas. Je n’ai pas trop investigué non plus ce point, mais il me semble que les plasmoids doivent être compilés avant d’être utilisables et il y en a peu sur kde-apps.org. Bref, je me contenterai des quelques 15 à 20 plasmoïdes dans cooker (ce qui est déjà suffisant pour une utilisation quotidienne).

Le plamoïde de boîte à miniature (systray) est enfin stable et n’affiche pas de couleurs étranges, grâce à l’intégration de QT 4.5 dans Mandriva cooker qui avait d’abord été déconseillée, puis conseillée par les développeurs KDE et QT eux-même…

Kopete est lui-aussi utilisable, sans les nombreux crashes qu’il avait dans KDE 4.1… On ne peut que déplorer que le support du protocole jabber est encore basique, malheureusement.

À noter aussi que le plamoïde folderview a désormais un comportement comparable au bureau dans KDE 3 : il devient à nouveau possible de disposer des icônes sur son bureau, où on le souhaite et les déplacer avec un drag & drop.

Les effets du bureau KDE 4 marchent comme un charme et grande nouvelle pour moi : c’est la première fois que j’arrive à activer des effets tout en pouvant regarder une vidéo (ce qui ne fonctionnait pas sur certaines cartes intel, dont la mienne, m’a-t-on dit…) ! En revanche, ils causent un ralentissement général de KDE, rapporté sur la ML cooker, visiblement dû à une mauvaise combinaison de noyau linux et de driver graphique intel.

J’ai aussi eu la bonne surprise de voir les versions de k3b (le site n’est absolument pas à jour : la version dans cooker est 1.95) et filelight (idem : la version dans cooker est la 1.9) basées sur KDE 4 intégrées dans cooker ! Deux applications cruciales pour moi (les deux me servant à faire du ménage sur mon disque de laptop, oh combien petit !). Reste un certain nombre d’applications à porter vers KDE 4 (kdirstat et kmymoney sont très attendus par votre serviteur…)

Sans nul doûte, KDE 4.2 est un énorme pas dans la bonne direction et il ne reste que quelques corrections mineures (par exemple, les bugs 48038, 47837, 47724 et 47723 que j’ai rapporté…) et quelques applications à porter pour se retrouver avec le bureau Linux tant promis lors du lancement du projet KDE 4. Je suis sûr que KDE 4.3 sera la version de référence avec toutes les applis que l’utilisateur KDE 3 affectionnait tant et on pourrait peut-être voir quelques utilisateurs qui sont passés à Gnome revenir sous le bureau KDE…

Publié dans KDE. 6 Comments »
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.